Frao story
Frao story
Créations
Euryphaessa
Portraits
Créations
Créations
Liens
Les Gyflottes
 
Je viens d'Hypérion, banlieue de Saturne.
Je suis un créateur/chercheur, chez vous on dirait un "scientifique" peut être.
Je voyage de monde en monde à la recherche spécifique des traces ArchéOniques :
les objets matériels issus du rêve.
C'est le sujet de ma thèse pour accéder à l'Académie d�Euryphaessa.
Cette haute institution conduit la destinée de notre peuple.
Hypérion, ma "terre" natale, n'est pas le berceau de notre civilisation,
Mais une "colonie scientifique", installée au coeur de ce satellite creux de Saturne il y a bien longtemps, pour observer l'évolution du vivant aux extrêmes de votre galaxie.
Euryphaessa est une planète comparable à la Terre, dans une lointaine galaxie. Si je vous dis en A3-Nja2B-T, ça ne vous dit pas grand chose, pourtant c'est là que se localise Euryphaessa.
Moi, Je cherche des vestiges, des traces, des choses ramenées à la réalité, du passée, de l'avenir, peut m�importe.
Les traces ArchéOniriques se retrouvent dans toutes les civilisations : sur Terre j�ai descellé chez les natifs d�Australie, du Mexique ou du Tibet des signes prometteurs de telles créations.
La destination de mon dernier voyage d�étude, avant l�exposé devant les Sages de Académie se trouvait être la Terre.

Puis ce fut le grand lag.

Au croisement de Mars, mon vaisseau entra dans un vent de particules stellaires non détectées, qui provoqua de multiples défaillances, bug quantique dans tout mon système de bord. Puis ce fut le tour de tous mes bio-implants. J'eu le temps de voir le début de la défragmentation matérielle de mon spaceship, qui s'évaporait en 1 et 0, avant de sentir une diminution de mes fonctions vitales et une perte totale de conscience. A mon réveil j'ai tout de suite senti la numérisation de ma structure biomorphique. Bien que ma conscience fût entière, je me sentais vivre malgré la panne de certains bio-implants (90% en fait), j'eu la plus grande peur pour mon corps matériel : je devais être mort. Puis la question de ma localisation s'imposa : où étais-je arrivé ? La Terre. La réponse fut vite évidente. À moins d'avoir franchi un trou de ver spatio-temporel, et mon « corps » n'en ressentait pas les effets, la seule planète habitée de cette région ne pouvait être que la Terre.

   
   
   

 

La Terre n�avait pas été visitée par mes pairs depuis plus de 50 de vos années, et je ne m�attendais pas à une telle évolution : est-ce qu�une infosphère informatique avait pris l�ascendant sur la race humaine pour la contraindre à vivre en pixel ? Dans ce cas je me réconfortais car mon enveloppe charnelle devait alors être captive de cette infosphère et gardée vivante dans un de ces � garages biologiques � où il servirait de mémoire vive ou cachée. J�avais étudié ce type de contamination planétaire par une intelligence artificielle, elle avait déjà eu lieu en d�autre temps.
Pour moi c�était l�espoir de retrouver mon corps un jour ou l�autre, même si le chemin à emprunter ne m�était encore révélé.
Il ne me restait plus qu�a explorer ce nouveau monde et d�en exploiter les possibilités, tout en poursuivant l�objet de ma quête�

frao-ra
05/04/07